À la Une

La découverte du RGO

Quoi de plus beau que d’avoir un enfant dans un couple heureux et qui s’aime ?!
Sauf que voilà, tout ne se passe pas toujours comme on l’imagine.
Après 3 horribles jours passé loin de mon bébé, seule à la maternité, puis 4 jours à la maternité à tenter d’apprendre à connaître ma fille, nous rentrons enfin à la maison.
Mais tout ne se passe pas comme prévu. On découvre un bébé, on apprend à la connaître, mais la rencontre a du mal à se faire. Doudinette est un bébé qui ne fait que pleurer, qui parfois reste inconsolable. Il y a un souci et je l’ai repéré dès la maternité. Mais vous savez ce que c’est, tout l’entourage ne cesse de répéter : « c’est normal, c’est un bébé, ça pleure ». Alors oui je suis d’accord un bébé ça pleure. Sauf qu’un bébé ça mange et ça dort aussi. Je suis intimement convaincu qu’il y a un problème. Mais je n’arrive pas à l’expliquer.

Nous rentrons un samedi, j’allaite encore ma puce mais c’est compliqué. Le moral est au plus bas, elle est toujours au sein, réclame sans cesse. Je ne suis pas à l’aise dans le fait d’allaiter en dehors de mon lit. Bref, vous l’aurez deviné cet allaitement est voué à l’échec. Je suis épuisée. Je suis déprimée. On cesse de me tanner avec le fameux baby blues mais je sais que ça va plus loin que ça.
Le lundi ma sage-femme vient pour une visite, je lui explique que je sens qu’il y a un souci avec ma fille. Elle m’écoute essaye de comprendre. Mais je suis au plus mal, je m’effondre. Elle est inquiète pour moi et moi pour ma fille. Je décide rapidement de stopper cet allaitement qui nous emmène droit dans un mur, je n’ai pas le mental pour réussir à supporter cela. On introduit donc du lait en poudre avec toutes les recommandations pour stopper l’allaitement en douceur. On choisit gallia hypoallergénique comme il lui avait été donné en néonat. De plus, j’ai beaucoup d’allergies la question ne se pose donc pas.

C’est à ce moment que tout va s’intensifier, tout va dégénérer, la culpabilité va grandir. Ma fille ne fait que vomir, elle vomit parfois ses biberons en entier. Elle hurle à chaque biberon, se jette en arrière, mâchouille, ne dort presque jamais sauf dans nos bras en position vertical.
Ces symptômes je les connais, je les ai vu en cours, je fouille dans mes placards, ressorts mes classeurs, cherche désespérément la fameuse feuille vu en cours de « santé ». La voilà, je commence à lire ce fameux cours sur le RGO : le reflux gastro œsophagien ce nom barbare qui va nous rendre la vie bien désagréable. Plus j’avance dans ma lecture, plus les larmes coulent, c’est bien ce que je pensais, ma fille souffre de RGO interne et externe.

Les symptômes je les connais, les causes aussi et je ne cesse de penser à cela : simple immaturité, malformation, syndrome de Kiss, allergies et encore tellement d’autres choses. Ca peut venir de n’importe quoi et ça me terrifie. J’en parle aussitôt à ma sage femme qui confirme mon diagnostic de RGO interne et externe. Elle propose de me prescrire du gaviscon. Je file aussitôt à la pharmacie.

Le début de gaviscon : On ne voit pas grande amélioration, mais soyons honnête, nous sommes un minimum rassuré parce que quelqu’un à entendu et validé notre diagnostic.
Je rappelle la maternité car elle continue de se tordre de douleurs. Je l’apprendrai que plus tard mais le gaviscon peut donner des maux de ventre. La puéricultrice, une femme exceptionnelle que je ne remercierai jamais assez, propose de nous recevoir. Nous y allons directement.
Arrivés à la maternité, Claire, la puéricultrice nous reçoit. Je lui explique tout dans les détails, elle aussi valide le diagnostic et propose que l’on voit immédiatement le pédiatre de la maternité. Oh cette dame je m’en souviendrai toute ma vie, peut être que j’ai vécu cette situation aussi difficilement due à mon état et ma détresse mais ce moment restera toujours gravé dans mon cœur de maman.
Cette dame d’un certain âge arrive, on lui explique la situation soutenue par la puéricultrice. Mais voilà que celle-ci démonte ma théorie en deux temps trois mouvement en me soutenant que vomir un biberon entier est impossible.
Ma princesse doit justement manger, la puéricultrice qui paraît aussi déçu que nous nous propose de donner le biberon ici pour voir avec nous et constater. Comme pour chaque biberon Doudinette hurle durant le biberon, se jette en arrière, pleure à chaque déglutition. Elle réussit à prendre temps bien que mal son biberon en plus d’une demie heure. Quelle patience cette puéricultrice. Vient le moment du fameux « rot », je la prend sur mon épaule, lui tapote le dos et la je vous laisse imaginer la suite ! Elle vomit l’intégralité de son biberon sur un joli fauteuil, oui oui, tout son biberon. Bien sur elle ne m’a pas loupé non plus. Je regarde la puéricultrice qui regarde la scène bouche ouverte. Elle nous regarde chacun notre tour et nous dis : « bon je vais chercher la pédiatre c’est pas possible là ».
La pédiatre arrive, elle paraît quelque peu agacée. Mais en nous voyant et surtout en voyant la quantité de lait présent sur le fauteuil son regard se transforme en air désolé.
Elle ne sait plus quoi dire, mais elle dit à mon mari : « ah oui quand même ! ». A ce moment je suis partagée entre l’envie de la massacrer et l’envie de pleurer. Elle finit par nous donner raison et nous donner du gaviscon que l’on avait déjà. Retour à la case départ.

J’entame donc mes recherches sur internet convaincue qu’il faudrait de l’inexium à ma fille. Les rendez vous chez le pédiatre s’enchaînent, je réussie à avoir de l’inexium mais très peu dosé, pour celui ci le problème vient du lait et des coliques, mais je l’ai tellement saoulé qu’il me donne ce fichu médicament. Je passe environ 2 fois par semaine chez le pédiatre pour ce fichu lait qu’on a dû changer 5 ou 6 fois, épaissir avec différent épaississant bref mis à part déglinguer le pauvre petit ventre immature de ma fille ça ne change rien.
On aura même finit à quatre reprises aux urgences nous renvoyant chez nous avec pour diagnostic : moins de 3 mois et hurlement = coliques du nourrisson ! grrr !
Le seul soutient que j’ai c’est celui de ma sage-femme mais ses compétences ont leurs limites, elle ne peut plus m’aider au niveau du RGO.
J’ai arrêté d’aller chez le pédiatre quand il nous a regardé droit dans les yeux mon mari et moi et nous a dis : « vous portez trop votre fille, elle a trop la sucette et puis pourquoi ici elle ne pleure pas et chez vous oui ?! » la ce fût la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. Mon mari m’a dit de prendre nos affaires et nous sommes partis, mais je n’ai pas manqué de lui dire de faire son métier de médecin et de trouver la cause des soucis de ma fille et que moi je faisais mon travail de maman et d’éduc en m’occupant de ma fille avec bienveillance comme je le faisais jusqu’à présent. Et qu’il devait plutôt se remettre au goût du jour en terme de pédagogie infantile et de maladie infantile. C’est la dernier fois que nous avons vu un pédiatre.

Entre temps et toujours grâce à Claire la puéricultrice j’ai été prise en charge par la PMI. Ma dépression gagnait du terrain et ma fille n’allait toujours pas mieux.
Du côté de la poupée les symptômes étaient toujours plus fort, elle souffrait de plus en plus. J’étais à présent convaincue que ce fichu RGO avait créé une œsophagite.

J’ai fini par effectuer des recherches sur internet nuit et jour jusqu’à trouver plusieurs gastro pédiatre dans notre région. Les délais pour en rencontrer un était extrêmement long. Mais la chance fût de notre côté lorsqu’en appelant un numéro différent je suis directement tombé sur la gastro pédiatre elle même. C’est la qu’une réelle prise en charge de notre fille a débuté.

Un médecin en or cette gastro pédiatre, une dame à l’écoute des parents, d’une bienveillance exceptionnelle. Le traitement à enfin vu le jour, inexium + gaviscon et surtout une suspicion d’allergie aux protéines de vaches choses qui avait jusqu’alors toujours été réfutée par tout le corps médical vu, sauf mon pharmacien qui m’avait soutenu coûte que coûte.
Les essais de lait n’étaient donc pas finis. D’abord un lait avec des PLV (protéines de lait de vaches) cassées qui peuvent suffir selon le degré d’allergie : nutramigen LGG . On constate une légère différence mais sans plus, pas encore ça. Ce n’est qu’une fois passé au neocat (recomposition d’acides aminées) que la différence à commencé et au bout d’un mois on a pu avoir un bébé apaisé. A ce moment la, notre poupée a 5 mois, oui oui vous avez bien lu 5 LONGS MOIS !!! 5 mois de souffrance, de pleure, de hurlement, de fatigue. Mais la douleur est derrière nous, mais pas le RGO qui reste et demeure bien présent. Doudinette à bientôt 3 ans et elle est toujours sous inexium à ce jour.

On s’était dit malgré l’espoir fournit par la gastro pédiatre et l’entourage que pour notre deuxième cela ne se reproduirait pas qu’on ne laisserait pas traîner. Malheureusement pour nous et notre fils, il présente les mêmes symptômes que sa sœur bien rapidement. Mais la gastro pédiatre bien présente pour nous a agit rapidement en le mettant sous traitement. Et devinez qui nous a reçu, pour le nouveau rendez vous des 15 jours à la maternité ?  » la fameuse pédiatre » ! Bon cette fois j’avais l’appuie de ma gastro et j’étais plus déterminée que jamais. J’ai immédiatement obtenu gain de causes et prescriptions de médicaments. Reste encore a déterminé s’il est ou non allergique lui aussi … Affaire à suivre.



Publicités
À la Une

RGO : Reflux Gastro Œsophagien

Dans cet article je souhaite faire un petit récapitulatif sur le RGO. Mais attention, ceci n’est qu’un récit d’une maman qui le vit au quotidien et non des informations médicales. Si vous êtes concernés par ce souci je vous invite à consulter, je ne suis pas médecin 😉

Qu’est ce qu’un RGO ?
Le Reflux Gastro Œsophagien dit RGO, se traduit par des remontés involontaires du contenu gastrique de l’estomac dans l’œsophage.
Celui-ci peut être interne, c’est à dire que le bébé va ravaler le lait et le contenu gastrique, ou externe et va alors régurgiter.
La plupart des nourrissons régurgite du à un clapé immature. Dans ce cas on ne parle donc pas d’une pathologie mais d’une simple immaturité. Il faut donc attendre quelques temps que la maturité du clapet digestif se fasse.
Le reflux peut donc être sans gravité et disparaître avec l’acquisition de la position assise ou debout.
Il est plus rare que le RGO se mêle avec une œsophagite, c’est ce qui s’est passé chez notre fille. En effet, le degré d’acidité des régurgitations dépend des enfants. Chez Doudinette, l’acidité était visiblement élevée et non prise en charge l’œsophage a donc été « brûlé » créant ce que l’on appel une œsophagite.
Chez Doudinet, observant les mêmes symptômes la gastro pédiatre a fait le choix de le mettre directement sous inexium pour ne par risquer d’en arriver au point de l’œsophagite.
Pour mesurer l’acidité dans l’œsophage certains médecin effectue une pH-métrie. Ça n’a pas été le cas pour nous. Notre gastro pédiatre n’a pas jugé utile d’imposer cela à mes enfants au vu des symptômes flagrants.

Les différents symptômes :
Un bébé atteint de RGO va donc régurgiter comme beaucoup de bébé ayant une immaturité. Les symptômes qui oriente vers un reflux plus sévère sont:
– Le bébé mâchouille, comme s’il avait un chewing gum.
– Le bébé se jette en arrière, ce mouvement est dû aux remontés douloureuses qui font que son corps se tend pour se soulager.
– Le bébé présente des positions souvent cambrées pour dégager sa gorge. Il a souvent la tête positionnée en arrière.
– Le bébé dort souvent la tête sur le côté et vers l’arrière.
– Le bébé émet des bruits de douleurs comme s’il râlait en se tordant.
– Le bébé tousse, notamment la nuit
– Le bébé s’alimente difficilement, refus de manger ou simplement prises des biberons ou tétées compliquées. Il peut également être agité durant ces moments.
– Agitation durant le sommeil.

Les causes, elles peuvent être nombreuses et difficile à cerner :
– Immaturité du clapet et système digestif, cela se résout rapidement avec les différentes acquisitions motrices.
– Hernie hiatale, je ne connais pas vraiment cette pathologie je vous laisse vous renseigner par vous même.
– Syndrome de Kiss, je vous laisse également faire vos recherches concernant cela.
– Allergies notamment aux protéines de lait de vaches.
– REF pour les bébés allaités, le réflexe d’éjection fort peut provoquer ou accentué le reflux.

Le diagnostic, est, chez les touts petits, souvent révélé par la parole des parents (récits ou interrogatoire par les médecins).

Les prescriptions médicales : ATTENTION encore une fois je ne suis pas médecin je raconte simplement notre parcours.
Chez certains enfants, une simple noisette de polysilane (pansement de la muqueuse) sur la sucette va suffire. Chez d’autre il faudra avoir recours à du gaviscon (pansement de la muqueuse). Concernant la posologie de celui-ci il y a plusieurs écoles. Certains médecins disent avant le repas (biberon, tétée ou repas) d’autre prescrivent même un temps précis avant le repas. D’autres le prescrivent après le repas.
Puis dans d’autre cas il faudra avoir recours à des inhibiteurs de la pompe à protons comme de l’oméprazol, l’inexium et autres noms selon le pays dans lequel vous résidez.

Les conseils au quotidien :
-Surélever le matelas en positionnant un coussin SOUS le matelas par exemple.
– Limiter au maximum les postures vers l’avant qui appuieraient sur l’estomac.
– Eviter les pantalons qui appuie sur le ventre de bébé.

Beaucoup, beaucoup de courage et surtout ne restez pas seul parlez en avec des personnes ayant vécu la même chose que vous.

Au plaisir d’échanger avec vous,
Magali, maman doud.

Duo jané epic

La matrix lights 2 :

Cette matrix à l’avantage de faire cosy et nacelle. En effet le cosy s’allonge d’un tour de main. On peut bénéficier de plusieurs inclinaisons ce qui reste un avantage pour moi. Le fait d’être semi assis est top pour un bébé RGO par exemple.
Elle possède un réducteur et un harnais 5 points.

Désavantages : elle reste à mon goût étroite je trouve. Surtout à comparer de la navetta xl de peg perego. Pourtant elle est toute aussi encombrante. Son autre gros désavantage est son poids ! Elle pèse un âne mort : 7 kg ! Imaginez avec un enfant de 8 kg dedans ! Bref c’est super lourd.

Cette nacelle je l’ai que très peu utilisé au finale surtout pour sortir de chez moi. Étroit et surtout beaucoup, beaucoup trop lourd. Elle a donc vite était revendu.

Le hamac de la jané epic :

Ce hamac est un préformé c’est à dire qu’il ne s’allonge pas totalement. L’assise reste creusée et les pieds restent en l’air même quand on allonge le hamac. Ma fille l’a adoré et y dormait très bien à la différence du hamac de la jané qui lui s’allongeait totalement. Il reste donc assez confortable. Il possède 3 inclinaisons (1, 2 et 3) et une position nommé P pour fermer la poussette avec le hamac. Le hamac possède un harnais 5 point. Et une capote assez grande.
La mise en place sur le châssis est moins pratique il faut enclencher deux adaptateurs dans ceux du châssis. Et pour l’enlever il faut tirer deux boutons sur ces adaptateurs et lever bien droit. Ça malgré tout assez simple.

Le châssis jané epic :

C’est un châssis à 4 roues qui reste malgré tout une poussette tout chemin. Elle est assez maniable, même à une main. Les deux roues avant possèdent chacune un clip pour bloquer ou non les roues. Le frein se situe au niveau du guidon et non des roues arrières comme pour beaucoup de poussettes. Pour enlever le frein il faut enfoncer un bouton en même temps qu’on enclenche le poussoir prévue à cet effet. Cela reste plus compliqué que sur d’autre poussette ou il suffit de lever ou appuyer avec son pied. Néanmoins on peut voir cette manœuvre comme une sécurité supplémentaire.

Cette poussette, une fois plié prend pas mal de place car l’assise reste entière. En effet elle ne se plie pas comme celle de la peg perego pop up par exemple. Le volume dans le coffre reste donc assez important… Par contre le châssis seul ne prend pas temps de place que ça. A noter qu’il est possible de plier la poussette avec ou sans l’assise.

Conclusion, elle est sympa comme poussette tout chemin, mais ce n’est pas celle que je recommanderai en première.

A bientôt pour une nouvelle présentation poussette.

Magali.

« Mon amour »

dav

« Mon amour » d’Astrid DESBORDES et Pauline Martin, Collection Albin Michel

Qui ne sait jamais demandé comment expliquer à son enfant qu’on l’aimait et l’aimerait toujours ?!
Cette maman trouve les bons mots et personnellement je me retrouve bien dans les situations. Enfin, je retrouve bien ma fille à la place d’Archibald et je me vois bien penser « que je l’aime » au quotidien.

Cet album jeunesse m’a attiré dans un premier temps de par sa couverture puis par son titre « Mon amour ».

Archibald s’inquiète de savoir si sa maman l’aimera toujours. Ce thème étant au cœur des interrogations de notre fille du à la naissance de son petit frère, il m’a paru intéressant de s’y intéresser.

Je l’ai lu à ma fille dans le magasin, elle était très attentive et posait, comme à son habitude, de nombreuses questions. Elle l’a beaucoup aimé à la première lecture.

Le soir même, ma fille me demande « mon amour » comme histoire du soir. Je pense que ce livre lui parle car j’appelle souvent mes deux enfants mon amour. Mais aussi parce qu’il parle d’un thème qui doit lui faire écho en ce moment. Elle même appel en ce moment son petit frère « namour » !

J’imagine qu’elle se rassure à travers ce livre sur le fait que je l’aimerais toujours quoi qu’elle fasse, notamment en ce moment où elle est très coquine et où nous sommes beaucoup en conflit. J’en profite pour l’a rassurer à ce sujet. Elle me dit qu’elle m’aime en retour. Je pense que le message est bien passé. Elle s’endormira paisiblement ce soir.

Ma fille aime écouter la même histoire à plusieurs reprises, sûrement le temps de s’en imprégner et de tout comprendre.

Elle me l’a redemandé le lendemain, je pense donc que ce livre lui plaît et l’a rassure.

Ce livre m’a beaucoup ému, sûrement car je suis en difficulté avec ma puce en ce moment. Il est magnifique, je le recommande pour dire autrement à son enfant qu’on l’aimera toujours et qu’il peut être lui-même sans se soucier de cela.

N’hésitez pas à me faire votre retour,

Au plaisir de vous lire.

Magali

Bonne nuit, ma cocotte

Qui n’a pas rencontré des difficultés au moment du coucher avec son enfant ? Tout est prétexte à nous faire revenir :

« un bisous », « un câlin », « j’ai soif », « j’ai envie de faire pipi » , « j’ai peur », « j’ai perdu ma sucette, mon doudou » et même, jusqu’à « mon oreiller est mal mit » ! De sacré filou ces loustics !

Émile JADOUL reprend tout cela dans son histoire. Cocotte appréhende de s’endormir seule et tente de faire revenir sa maman à de nombreuses reprises en exprimant ses craintes à travers son doudou « lapinou ». Maman poule est d’un calme exemplaire et rassure cocotte à chaque fois.

Je trouve génial le fait que cocotte transmette ses propres peurs à travers son doudou. La lecture est très agréable et douce. Les mots et l’histoire sont très accessibles à de jeunes enfants. Ma fille a très vite été captivé par ce livre. Elle s’est d’ailleurs très vite appropriée l’histoire. Dès la deuxième lectures elle a pu la retransmettre d’elle même à ses poupées !

L’endormissement étant compliqué ces dernier temps et les rappels nombreux, je pense que ce livre a beaucoup fait écho chez ma fille.

D’ailleurs elle aime nous demander de le lire en même temps que « Dans mes bras », également d’Émile JADOUL (article à suivre), qui lui est très approprié si une naissance va avoir lieu.

Je vous conseil donc ce livre qui peut aider vos loulous à l’endormissement en s’identifient à cocotte et lapinou.

A bientôt,

Magali

Colère tu m’énerves !

Je suis tombé par hasard sur cet Album. Il était vendu avec une marionnette à doigt représentant la colère et un petit sac pour la « ranger ». Chouki le personnage principal va à plusieurs reprises être contrarié. Mais colère, une petite chose à poil noir prend la parole lors des colères de Chouki. C’est Chouki qui est tout de même renvoyé dans sa chambre par sa maman. Il finit par se fâcher contre Colère, celle-ci devient tout petite et est enfermé dans une boîte, à clé.

J’ai interprété ce livre comme le fait que la colère de Chouki soit extériorisé et représenté par cette petite boule de poiles. En effet, lorsqu’il est énervé c’est cette petite chose qui parle à sa place et qui dit des choses que nos enfants peuvent dire. Elle se met à crier par exemple. Le fait que la colère soit extériorisée du personnage peut permettre à l’enfant de s’identifier à ce qu’il ressente lors de leur propre colère. Je pense que l’enfant est parfois dépassé et ne sait pas comment contrôler toute cette émotion qui déboule d’une grosse colère. Le fait que Chouki puisse lui dire stop et l’enfermer montre que cette colère peut avoir une fin et que c’est l’enfant qui maître du début et de la fin. J’aime bien cette idée de l’enfermer à clé et que ce soit l’enfant qui le fasse car j’y retrouve un côté soulageant et rassurant pour le personnage.

Je demande moi-même souvent à ma fille d’aller se calmer et de revenir une fois calme. C’est sûrement pour cela que j’ai aussi beaucoup accrocher avec cet album. Il m’a renvoyé mon quotidien du moment.

Je l’ai donc lu à ma fille. Elle était très concentré mais j’ai tout de suite vu qu’elle restait sur de grand questionnement. Je pense que la subtilité de la colère extériorisée l’a perturbé. Elle me demande donc la relecture à 3 reprises et d’affilé. Ce que je fais.
Pour la 4 ème lecture, je sors la marionnette. Ça lui plaît beaucoup. Heureusement j’avais lu le livre avant et m’en était imprégné. On en a donc discuté et j’ai répondu à ses questions à propos du livre. J’ai également expliqué l’histoire avec d’autres mots.

Je pense qu’il est important de rester fidèle à la lecture mais qu’une explication peut parfois être nécessaire avec d’autres mots.

Je lis toujours les livres avant de les présenter à ma fille. Je pense que c’est important de savoir de savoir ce qu’il s’y passe et d’y mettre le bon ton. Enfin, pour moi ça fait toute la différence lors d’une lecture.

Je lis donc seul ce livre dans les rayons du magasin. Je le trouve génial et le lit donc à ma mère en chuchotant mais tout de même à voix haute. J’arrête au milieu du livre lorsque 2 dames me demandent de continuer. Je pense qu’il a plu à beaucoup 😅

Quant à la marionnette, je pense l’utiliser lors d’une colère de ma fille. J’aimerais lorsque je m’apprête à lui dire d’aller se calmer, lui donner la marionnette et le sac en lui disant : »je vois que tu es en colère, je te laisse la colère, quand ta colère sera partie tu l’as mettra avec Colère dans le sac et tu l’enfermer à pour ne plus qu’elle revienne aujourd’hui. Tu peux même lui expliquer. (ma fille aime bien parler à ses jeux 😊). »

Voilà un petit retour et l’utilisation que j’aimerais faire de cette marionnette à doigt. Reste à faire un essai et continuer si cela fonctionne.

Je vous ferez bien-sûr un retour, n’hésitez pas à me faire le vôtre si vous craquez pour ce super Album.

A bientôt,

Magali

Trio book plus de PEG PEREGO

Aujourd’hui je vous propose un article sur les poussettes ! Une de mes grandes passions ! 😋

Le trio book plus de peg perego :

On a choisi celui-ci pour notre fille il y a un peu plus de 3 ans. Je m’intéressais déjà beaucoup à la puériculture mais je n’étais pas encore renseigné autant qu’aujourd’hui.

Après avoir regardé l’esthétique où notre choix se porter sur celle-ci, j’ai épluché les avis sur internet et nous l’avons testé en magasin.

La nacelle navetta XL :
Nous avons choisi un trio car cela nous paraissait bien plus pratique ! Surtout la nacelle ! Eh oui on ne connaissait pas encore Sécurange !!
Même si la nacelle navetta XL est une des rares nacelles qui sont potables en voiture, je peux vous dire que vu le harnais 3 points de la nacelle et le système d’accroche de la nacelle dans la voiture je doute qu’en cas de choc rien ne bouge !
Bref la nacelle reste parfaite pour les ballades.
En effet, elle est super grande et très confortable. Doudinette a pu en profiter jusqu’à ses 6 mois bien confortablement.
Elle dispose d’un système permettant de surélever la tête et les pieds du bébé. Parfait pour un bébé RGO. A croire que nous étions prédisposés 🙄.
Bref, elle possède également deux cales sous la nacelle qui permettent de la poser au sol en mode « landau ». Il suffit de les clipser dessous dès qu’on en a plus besoin.

Si vous le souhaitez un matelas peut-être vendu en supplément par la marque Peg perego et spécialement conçu pour cette nacelle.

Avantage elle se pose en un clic sur le châssis et d’une main. Pour la retirer il suffit de tenir la hanse d’une main et lever une petite manette de l’autre. Un jeu d’enfant.

Son poids est de 5,5 kg ce qui reste raisonnable pour une nacelle.

Le cosy peg perego SL :

Ce cosy est très bien noté par Sécurange. Tout comme l’utilisation de sa base isofix. Une fois celle-ci positionnée dans la voiture il suffit simplement de clipser le cosy dessus et le tour est joué. D’une simplicité et d’une rapidité au top.
Nous l’avons utilisé dès la naissance pour nos deux enfants. Il possède un réducteur, une sorte de petit coussin à mettre sous les fesses. Selon le gabarit de l’enfant il reste utilisable jusqu’à 12/18 mois.
Petit rappel : les pieds du cosy peuvent dépasser, mais l’utilisation de celui-ci doit cesser des lors que la tête de l’enfant dépasse ou qu’il atteint les 13kg comme notifier sur le cosy.
Cependant l’utilisation de cette coque pour un nouveau-né ne nous a pas entièrement convaincu en termes de confort. Malgré que nous ayons utilisé différentes technique (comme  le lange plié dans le dos, une chancelière etc.) nous avons trouvé que les 2/3 premiers mois le bébé paraissait peu confortable et tout ratatiné. Mais ce n’est que notre vision d’adulte car mes deux enfants dormait dedans sans difficulté et assez longtemps (3/4 h parfois) lors des ballades et des transferts poussettes voitures.

Tout comme la nacelle l’utilisation sous la poussette est d’une facilité exemplaire. Il suffit de le poser d’une main sur le châssis. Et pour le retirer de tenir la hanse d’une main et d’appuyer sur un bouton derrière le cosy. Le tour est joué.

Son poids et de 3,8 kg.

Le hamac pop up :

Ce hamac possède une assez grande capote qui est pratique pour les ballades. Selon le modèle choisit on peut utiliser la protection de la nacelle comme recouvre jambe sur le hamac. Ce qui est très pratique.
Le hamac s’allonge entièrement, très utile lors des siestes de bébés.
Il possède un harnais 5 points pour plus de sécurité et permet lorsque bébé grandit de pouvoir l’attacher uniquement au niveau de la taille. Un réel confort pour un bébé en pleine découverte lors des promenades.
Le seul bémol que nous y avons vu sur notre hamac en tout cas. C’est que le repose jambe ne tient pas dans le temps. Il finit par s’incliner légèrement et ma fille avait tendance à glisser et était retenue par le harnais…

Tout comme la nacelle et le cosy il est très facile d’utilisation. Il suffit de le clipser pour l’installer sur le châssis et d’appuyer simultanément sur deux boutons de chaque côtés pour le retirer. Tout est joué en un tour de main.

Le châssis book plus :

Ce châssis est très facile à plier. Il suffit de tirer sur le cadre qui accueille les accessoires (hamac, cosy et nacelle) et de relever la poussette et celle-ci se plié sans difficulté.
Il est très maniable, même d’une main ce qui reste super pratique quand on doit gérer le plus grand devant pas exemple. Ce n’est pas une poussette tout terrain mais elle reste une tout chemin. Elle a sans grande difficulté passé les pavés des vieilles villes, la montage montée et descente. En petite forêt elle passe mais but forcément sur toutes les racines comme beaucoup de poussettes il faudra donc lever la poussette par l’avant puis par l’arrière (pas de panique tout cela ce fait tout en poussant la poussette) à chaque racine.
Elle est donc à emporter partout.
Les freins ce situe au niveau des roues arrières et s’active en soulevant une barre d’un pied où en le poussant pour enlever les freins.
Les roues avant peuvent être bloquées pour permettre à la poussette d’effectuer une trajectoire droite (utile lors des chemins à trous par exemple). Il suffit de lever des petits leviers sur les roues avant ou de les baisser.

Le désavantage de ce châssis, pour nous en tout cas, c’est que les roues arrières sont légèrement décentrées. En effet elles ne sont pas alignées au châssis comme sur le modèle book 51. Les conséquences mais qui reste des détails sont que si on passe pas une porte en allant tout droit les roues se prennent dans celle-ci par exemple.

Pour notre fils nous avons fait le choix de réinvestir dans cette poussette mais en changeant uniquement le châssis book plus en book 51 pour bénéficier des roues alignés qui ne dépassent pas. Et du hamac car le notre avait le cale jambe qui ne tenait plus.
On donc reprit juste la poussette et conserver notre cosy et nôtre nacelle.

C’est une des meilleures poussettes que j’ai pu tester, je vous la recommande les yeux fermés. Vous ne serez pas déçu !

A bientôt pour un nouvel article sur les poussettes !

La fabrique à histoire de Lunii

Pour ses 3 ans miss Doudinette a eu « la fabrique à histoire » de la marque Lunii.

La fabrique à histoire de Lunii concerne les 3/6 ans mais nous craignons que notre fille soit trop petite pour l’utiliser seule.
En effet, c’est un boitier ou une voix (de femme ou d’homme selon les histoires) raconte une histoire. Pour cela il faut sélectionner dans un premier temps le héros, l’univers, le second personnage et l’objet. Suite à cela une histoire est racontée.
Lors de l’achat 48 histoires fantastiques sont fournies. Mais il est possible d’agrandir sa collection sur le lunii store.

La fabrique à histoire est équipée d’une prise jack ou l’on peut brancher un casque pour les trajets en voiture par exemple. Pour notre part celui-ci est très utile car il permet à notre fille de mieux se concentrer.

Notre puce a tout de suite accroché avec la fabrique à histoire, elle a rapidement compris comment être actrice de son histoire.

C’est un super cadeau à faire à un petit dès 3 ans.

A bientôt pour de nouvelles découvertes,
Maman Doud.